Le sommeil, partie 2 : les perturbateurs du sommeil

Le sommeil joue un rôle essentiel dans notre bien-être et notre vitalité. Pourtant, selon une étude SOFRES datant de 2006, près de 3 français sur 10 déclarent avoir un trouble du sommeil. Pour l’enquête Baromètre Santé, 17,9% des 17 à 75 ans seraient insatisfaits de leur sommeil. C’est dire l’importance du problème. Quels sont donc les perturbateurs du sommeil?

perturbateurs du sommeilLes difficultés de sommeil font partie des plaintes très courantes lors de consultations médicales. D’ailleurs la consommation française de somnifères, d’hypnotiques ou de sédatifs est forte. Les femmes sont plus touchées que les hommes par ces problèmes, ainsi que les personnes âgées (une baisse physiologique en sérotonine pourrait expliquer ce phénomène).

Les perturbateurs du sommeil, quels sont-ils?

  • le stress, l’angoisse, la peur des cauchemars
  • l’alimentation : les repas lourds, gras, sucrés ou excessifs le soir et pour certains, les repas trop acides
  • la prise d’excitants : café, thé, sodas (type coca cola), boissons énergisantes, alcool, etc.
  • les horaires de travail et de repos décalés ou encore le décalage horaire
  • les activités stimulantes avant le coucher : télévision, ordinateur, téléphone portable, jeux vidéos, sport, travail
  • la chambre : chaleur trop élevée (elle ne devrait pas dépasser 18°), manque d’aération, lumières par les appareils en veille ou lumière venant de l’extérieur, matelas ou oreiller inconfortable
  • les douleurs : le dos surtout, notamment au niveau des cervicales
  • les facteurs environnementaux : ondes électromagnétiques, perturbateurs géobiologiques, bruits extérieur
  • les troubles ou maladies qui perturbent le sommeil : le syndrome des jambes sans repos et l’apnée du sommeil notamment

Les perturbateurs du sommeil : les conséquences

Un mauvais sommeil ou un manque de sommeil réparateur peuvent être source de dérangements dans la journée. Voici quelques unes de ces conséquences :

  • la fatigue : envie de dormir, manque de vigilance, somnolence, manque de motivation (désengagement du travail, accidents de la route), manque d’énergie
  • les douleurs : maux de tête, courbatures
  • la prise de poids (en effet les personnes ayant mal dormi ou peu dormi ont tendance à choisir des aliments gras et sucrés), les addictions (sucre, alcool, drogue, etc.)
  • les difficultés de concentration, de mémorisation ou d’apprentissage, de coordination
  • l’humeur : sensibilité au stress, hypersensibilité émotionnelle, irritabilité, angoisse, dépression
  • l’affaiblissement immunitaire (c’est pendant les périodes de grande fatigue que les herpès reviennent par exemple)
  • le défaut de désacidification et détoxination : encombrement du nez, constipation, mauvaise haleine, etc.

Plus d’informations :

L’étude TNS – SOFRES: http://www.tns-sofres.com/etudes-et-points-de-vue/les-francais-le-sommeil-et-le-travail

L’étude Baromètre Santé 2005: http://www.inpes.sante.fr/Barometres/BS2005/pdf/BS2005_Sommeil.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *